À paraître

2022

 

Résonance et communication, coordonné par Olivier Voirol

Partis plateformes, plateformes de partis. Artisans, promoteurs, militants et dispositifs de la politique en ligne, coordonné par Fabienne Greffet

2023

Médiatisation de la sexualité, coordonné par Béatrice Damian-Gaillard et Florian Vörös

L'argent numérique : pratiques et enjeux, coordonné par Thomas Beauvisage et Hélène Ducourant

« Éthique de l’IA » : enquêtes de terrain, coordonné par Valérie Beaudouin et Julia Velkovska

La culture au prisme des émotions, coordonné par Delphine Chedaleux et Kevin Diter

***

Varia en attente de publication

***

 

 

Expérimenter et rendre désirable les low tech : une pragmatique de la documentation

Morgan Meyer

Résumé : Comment est-ce que les low tech sont expérimentées et comment sont-elles documentées ? Basé sur une étude de cas du Low-tech Lab, cet article montre que la documentation peut mobiliser différentes pratiques et différents formats : des tutoriels qui présentent des « recettes » pour construire des low tech soi-même, des rapports qui évaluent des expérimentations de manière scientifique et des vidéos qui mettent en scène les low tech comme acteurs clés dans des modes de vie écologiques et dans des aventures modernes. L’article montre que les documents ne documentent pas seulement la manière dont les low tech sont expérimentées, mais qu’ils essaient également de démontrer qu’elles ont leur place au sein de notre quotidien. Il décrit comment des technologies littéraires sont combinées à des technologies d’affect, positionnant ainsi les low tech comme à la fois faisables, fonctionnels et désirables. Comparé à la documentation scientifique et technique, qui décrit un monde technologique purifié d’émotions, où priment les accomplissements, la reproductibilité, et le sérieux, la documentation des low tech montre l’imbrication des technologies dans un monde plein d’émotions, d’humour, d’incertitude et d’ouverture.

Mots clés : low tech, expérimentation, documentation, tutoriels, Low-tech Lab

***

 

À la recherche des citoyens mobilisés en ligne lors des élections municipales de 2020

Marie Neihouser (Université Toulouse III – Paul Sabatier, LERASS)

Tristan Haute (Université de Lille, CERAPS)

Giulia Sandri (Institut catholique de Lille, ESPOL)

Felix von Nostitz (Institut catholique de Lille, ESPOL)

Résumé : Cet article étudie les effets du contexte de crise liée à la Covid 19 sur la mobilisation en ligne des électeurs lors des municipales de 2020 en France. En mobilisant les données de l'enquête PELMEL (Participation électorale dans la métropole lilloise), conduite à l'issue du second tour du scrutin municipal, nous montrons que la participation numérique est restée minoritaire durant la campagne et cela malgré le contexte sanitaire. Cette participation répond d’ailleurs aux mêmes logiques qu’avant la crise : le niveau d'intérêt pour la politique des citoyens reste la variable la plus structurante. On constate toutefois une surmobilisation des jeunes en ligne, en particulier sur les réseaux sociaux, et, à rebours de certains travaux, une participation relativement importante des répondants peu diplômés. Enfin, si les différentes pratiques politiques en ligne s'articulent entre elles mais aussi avec des pratiques hors ligne, on observe, en matière d’activisme sur les réseaux sociaux, des variations dans le choix des plateformes et des pratiques principalement liées à l’âge et à des variables politiques.

Mots-clés : Réseaux sociaux – Participation en ligne – Élections municipales – Covid 19

***

L’hébergement Airbnb hors des grandes métropoles, une activité plus ou moins rationalisée entre visée rentière et occupation

Nicolas Oppenchaim (université de Tours)

Marie-Pierre Lefeuvre (université de Tours)

Julian Devaux (université de Tours)